VINCENT VILLEDIEU

Vincent Villedieu est né à Caen en 1963 et depuis 35 ans, il vit à Paris. A 20 ans, il rencontre Jacques Séguéla qui lui propose un stage de concepteur-rédacteur dans son agence de publicité. Un métier qu’il va exercer pendant 25 ans.

Il y a quelques années, il a décidé de changer radicalement de vie et désire se consacrer pleinement à une passion qu’il a trop longtemps refoulée : la peinture abstraite.

Il trouve un atelier à Montparnasse, achète ses premières toiles et à l’image de Pierre Soulages qu’il admire, utilise peu les pinceaux et préfère fabriquer ses outils ou en détourner d’autres. Son travail exprime son obsession de la trace, du temps, de l’empreinte et de l’effacement. Dans ses toiles, on devine des cordes, des maillons, des chaines mais aussi le ciel, les nuages et l’horizon. Une manière de lutter contre une intense phobie de l’enfermement. Chaque œuvre est une façon d’expérimenter, de construire de nouveaux outils, et de tester de nouvelles matières, pour les rendre unique.

Parlant peu de sa peinture et de sa signification, il préfère laisser au centre l’imagination et les sensations du spectateur qui observe ses œuvres. Car pour lui, tout est affaire de ressenti face à sa peinture. C’est d’ailleurs, pour cela qu’il se dirigera vers la peinture abstraite.

Il résume l’acte de peindre en deux phrase : “Chaque jour, dans mon atelier, la peinture me libère et m’aliène. C’est peut-être pour cette dualité que je peins.”

Lire plus